Fujiya & Miyagi : Ventriloquizzing

Publié le par Planck

 

fujiya-miyagi.jpg

 

Hier, 17 janvier 2011, est sorti le nouvel opus de Fujiya & Miyagi. À ce moment précis, vous vous dîtes merde, Planck serait-il devenu un nouveau refuge à geeks où on discute des nouveaux mangas à la mode. Et bien pas du tout (quoi que), Fujiya & Miyagi est le groupe en tête de proue d’un style british assez alternatif à ce que l’on entend habituellement.

 

Originaire de Brighton, le groupe se forme en 2000 autour de Steve Lewis et David Best. Il faudra trois ans à la formation pour voir sortir leur premier album : Electro Karaoke In The Negative Style. Mais c’est en 2006, que les choses sérieuses vont commencer, lors de l’arrivée dans les bacs de Transparent Things. C’est sur cet album, qu’une vraie identité musicale va commencer à prendre forme.

 

Deux ans plus tard, c’est l’album Lightbulbs qui fait son apparition. Toujours dans un style aérien, il déboule tel un ovni dans le paysage musical international. Fujiya & Miyagi commence à imposer son style et le public (dont James Murphy de LCD Soundsystem), ainsi que la presse se laissent petit à petit séduire par la pop romantique et robotique du british band.

 

fujiya-miyagi-ventriloquizing.jpg 

 

Faisant parti de ceux qui se sont laissés plus que planer par le quatuor outre manche, il me tardait d’écouter le nouvel album de ces magiciens. C’est chose faite, Ventriloquizzing a débarqué hier, sans prévenir de la bombe auditive qu’il était. Alors oui, je sais, leur nom est indigeste, ils ont des têtes bizarres, mais l’habit ne fait pas le moine et il se pourrait bien que vos enfants vous reprochent un jour d’être passé à côté d’un phénomène.

 

 

Publié dans Musike

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francky 01 07/03/2012 21:51

Hello.
En très grand amateur de Krautrock/Kosmiche musik que je suis ne pouvait rester indifférent à Fujiya And Miyagi.
Ils revendiquent l'énorme influence de Can, Neu! et Krafwerk et à l'écoute de "Transparent Things", on comprend. Le suivant s’oriente plus vers le Krautpop électronic. Celui-ci à l'air de continuer
dans ce sens mais en étant plus "Cosmic" !!!