Desplechin, et le cinéma d'auteur se popularise..

Publié le par Planck

desplechin-auteur.jpg

 

Bien ancré dans son époque, Arnaud Desplechin emmène ses spectateurs, bercés au fil de ses aventures profondes et soignées, vers des terres redécouvertes.


On parle de "génération Desplechin", le réalisateur rappelle Truffaut avec "Esther Kahn" et son style est marqué des formes filmiques de la nouvelle vague.

 

esther-kahn.jpg


Fils de Robert et Mado Desplechin, il naît en 60 près de Roubaix. Son frère, diplomate, joue dans plusieurs de ses films alors que ses soeurs Marie et Raphaelle sont romancière et scénariste.


A. Desplechin suit les cours de cinéma de l'université Paris3 avant d'intégrer la Fémis, d'où il ressortira diplomé de la section réalisation et prise de vue en 84. Ce n'est pas un arriviste (comme l'on peut en connaître dans le cinéma d'auteur parisien) et il popularise le cinéma intellectuel.


En 20 ans de carrière il réalisera entre autres "La Sentinelle"; "Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle)"; "Ester Kahn"; "Rois et Reine"; "Un conte de noËl" avec lesquels il percevra prix et trophets (dont le cercle pré-colombien d'argent au 9eme festival du film de Bogotà), qui prendraient la place de l'article entier si ils étaient cités.


Suivi d'une troupe d'acteurs plus talentueux les uns que les autres comme Jean-Paul Roussillon, Emmanuelle Devos, Hippolyte Girardot, Chiara Mastroianni, Mathieu Amalric ou même Catherine Deneuve qu'il dirige excellemment et de bandes sons revolutionnaires, Arnaud se voit réaliser chefs d'oeuvre après chefs d'oeuvre.

 

amalric-et-devos--meilleurs-acteurs-francais.jpg


Avec "Rois et Reine", pièce maitresse de son oeuvre, il accède au grade des meilleurs réalisateurs français du moments, si ce n'est le meilleur. Arnaud apporte une intensité hypnotisante à ses narrations et ses mises en scène. Il serait désormais sur le même pied d'estale qu' Alain Resnais, que Desplechin admire, si on ne considérerait uniquement ces dix dernières années.

 

 

 


 

Ce titre évocateur reflète mon opinion personnelle sur ce grand monsieur du cinéma; si vous êtes dérangé, réagissez.

Publié dans La Prozaktu

Commenter cet article