Arcade Fire, "The Suburbs"

Publié le par Planck

arcade-fire-the-suburbs-.jpg

 

Habitants du vieux continent, je vous ai compris. Telle pourrait être la devise de Arcade Fire.

En effet, depuis 2004, la formation québécoise s'efforce avec succès de transmettre à son public les pépites de la musique dite "indie". Tout commence avec Funeral, le premier album du groupe. Dix titres qui se baladent entre l'aérien et la profonde tristesse, dont le majestueux In The Back Seat.

 

 

Puis nous retrouvons la bande des frères Butler et de l'extravagante Régine Chassagne en 2007 pour Neon Bible, album aux allures ecclésiastiques, messe commémorant la grande musique et qui s'achève sur un chef d'oeuvre auditif; My body is a cage.

 


 

En Août dernier, notre petite troupe (10 musiciens sur scène) se manifeste à nouveau sur un nouvel opus baptisé The Suburbs. Cette fois-ci, nos compères outre-atlantique délaissent leur musique "ovni" et leurs textes métaphoriques pour se parer d'un style plus brut et de textes on ne peut plus clairs. L'heure est au constat, à travers l'exemple des banlieues et de la jeunesse qui y vit, Arcade Fire dresse un tableau peu réjouissant de notre société mais peut être plus réaliste qu'il n'y paraît. Mais se faire remonter les bretelles, c'est quand même mieux en musique...

 

                                                                                                                                                           

Publié dans Musike

Commenter cet article